Insémination artificielle Tunisie : Prix Procréation Médicalement Assistée

L’insémination artificielle est une technique simple, efficace et ancienne d’assistance médicale à la procréation. Elle est réalisée une fois que l’ovulation est effective chez la femme après le traitement hormonal qu’elle reçoit, lequel aide à la stimulation ovarienne.

insemination artificielle tunisie

On distingue 2 types d’insémination : l’insémination artificielle avec le sperme du partenaire ou l’insémination artificielle avec sperme d’un donneur. Que ce soit l’IAC ou l’IAD, le dépôt du spermatozoïde dans l’utérus se fait à l’aide d’un cathéter. On peut introduire le cathéter en intra-utérine ou en intra-cervicale.Une insémination artificielle en Tunisie se fait avec le sperme du partenaire à des prix abordables et très avantageux.

 

Prix insémination artificielle Tunisie

Le tarif de l’insémination artificielle en Tunisie est un prix tout inclus. Le patient peut faire une demande gratuite de devis en ligne et aussi solliciter le prix en dinar.

Procréation Médicalement Assistée en Tunisie Prix Séjour
Insémination artificielle sans séjour 1000 € Sans séjour
Insémination artificielle avec séjour 1650 € 9 nuits/10 jours
FIV sans séjour 1800 € Sans séjour
FIV avec séjour 2850 € 16 nuits/17 jours
Biopsie testiculaire sans séjour 1350 € Sans séjour
Biopsie testiculaire avec séjour 1750 € 3 nuits/4 jours

 

Déroulement insémination artificielle

L’insémination artificielle n’est envisageable qu’en période d’ovulation. Le dépôt du sperme dans l’utérus se fait à l’aide d’un cathéter. Une préparation préalable du sperme au laboratoire est nécessaire. Cette technique de PMA est indolore. Sur le plan pratique, une insémination artificielle nécessite :

La stimulation ovarienne
Elle se fait à l’aide d’un traitement hormonal. La stimulation ovarienne permet d’obtenir 1 ou 2 follicules. Le traitement hormonal se déroule sous contrôle échographique. L’injection du traitement hormonal se fait par voie sous-cutanée. Une fois la maturation des follicules obtenue, il est possible de provoquer l’ovulation grâce à une injection d’HCG en intramusculaire. Par contre, si l’on remarque qu’il y a croissance de plus de 3 follicules simultanément, pour éviter les risques de grossesses multiples, on utilise des contraceptifs pour interrompre la stimulation. En cas d’échec de la stimulation ovarienne, le protocole est révisé. Mais si au contraire la stimulation réussie, l’insémination devrait avoir lieu dans les 3 jours suivants.

Le recueil du sperme
Il est important qu’une période d’abstinence sexuelle d’au-moins 3 jours soit observée avant le recueil du sperme au laboratoire. C’est par masturbation que s’obtient le sperme. Pour éviter la contamination bactérienne du sperme, il est conseillé d’uriner avant que se fasse le recueil du sperme.
Parfois et en cas de problème, le recueil des spermatozoïdes se fait par la chirurgie via une biopsie testiculaire, et ceci nécessite par la suite un traitement au laboratoire pour dégager les cellules sexuelles mâles les plus et les plus fortes.

technique insemination artificielle

La préparation du sperme
Elle permet de séparer les spermatozoïdes en fonction de leur mobilité et de leur capacité à traverser différents liquides. Seuls les spermatozoïdes ayant acquis une capacitation, c’est-à-dire capables de féconder un ovocyte seront sélectionnés. Cette préparation permet aussi de séparer les spermatozoïdes du plasma séminal, à écarter d’autres débris cellulaires, etc.

L’insémination
C’est une pratique simple et indolore. L’injection du sperme dans l’utérus se fait à l’aide d’un cathéter auquel est reliée une seringue qui contient du sperme.
Si le cathéter contenant le sperme est introduit dans la cavité utérine on parle alors d’insémination intra-utérine.
Mais, si c’est dans le col de l’utérus qu’il est introduit, on parle d’insémination intra-cervicale.

 

Suites insémination artificielle

  • Elles sont généralement simples.
  • Juste après l’insémination, la femme peut se reposer 30 minutes au maximum. Elle pourra ensuite reprendre ses activités sans aucune restriction.
  • Les suites de l’insémination ne nécessitent ni hospitalisation ni arrêt de travail.
  • Un test de grossesse sera effectué entre le 15ème et le 18ème jour après l’insémination pour vérifier la réussite ou l’échec de l’opération.

 

Résultats insémination artificielle

La qualité du sperme du conjoint est un facteur important pour réussir l’insémination artificielle, mais aussi l’âge de la femme, tout comme la cause et la durée de l’infertilité, la grosseur endométriale ou encore le traitement hormonal ayant servi à la stimulation ovarienne.
Si l’imperméabilité des trompes de Fallope est la cause de l’infertilité, il est impossible qu’une grossesse s’en suive après l’insémination.

Par ailleurs, à plus de 38 ans, il y a une diminution de la qualité des ovocytes chez la femme, ce qui diminue aussi les chances de réussite de l’insémination artificielle. Sans oublier qu’avec un âge avancé, l’endomètre de la femme n’a plus la grosseur appropriée. Ce qui diminue davantage les chances de tomber enceinte.
C’est pourquoi on conseille souvent à la femme d’envisager une insémination artificielle ou une FIV lorsqu’elle est âgée de moins de 37 ans.

S’agissant du taux de grossesse après une insémination artificielle, on l’évalue généralement après 4 essais. Si après 4 tentatives la femme n’est toujours pas enceinte, on devra recourir à une fécondation in vitro.
Mais le taux de grossesse cumulatif de l’insémination avec sperme du conjoint est de 40 à 60% après 4 tentatives, contre 60 à 75% pour une insémination avec sperme d’un donneur.
Le test de grossesse après une insémination artificielle se réalise après 15 jours.

 

Complications après insémination artificielle

Malgré l’avancée technique dans le domaine, l’insémination artificielle n’est pas exemptée de risques et de complications.
Certains risques sont essentiellement liés à la stimulation ovarienne. Il s’agit par exemple du syndrome d’hyperstimulation ovarienne ou d’un risque de grossesse multiple.

Les autres risques sont liés à l’insémination proprement dite. On citera par exemple un risque d’infection pelvienne ou vaginale, une réaction allergique (allergie au produit de lavage) ou une réaction immunologique (allergie au sperme).

D’autres risques de l’insémination artificielle sont ceux liés à la grossesse. On peut évoquer les cas de fausses couches, qui s’évaluent à près de 23%, et surviennent le plus souvent au cours des premières semaines de la grossesse. L’insémination peut être aussi la cause de grossesse ectopique qui survient seulement dans moins de 1% pour une grossesse naturelle contre 4% pour une insémination artificielle.

Parmi d’autres complications de cette méthode de PMA parfois évoquées, on peut citer le risque de cancer du sein et de l’ovaire, une torsion d’ovaire, une grossesse extra-utérine, un accident thrombo-embolique, etc.